01 Jun 2011

Burkina Faso, comme une folle envie de fouler ton sol...

 

Après la lecture de l'article de Solène, une question me tarabustant me revient à nouveau : quelles bétises ne pas faire une fois à Tin, Bobo ou même à Oradara ou Ouaga ? Tiens, lui demander cela rapidement ! Comme à Rose du Rézo lors du week-end de préparation d'avril, qui m'avait joyeusement raconté sa peur d'acheter des tomates, sa crainte de ne pas faire les choses comme il le fallait, lors de ses premières semaines Burkinabè...

Vicky à son tour soulève des points suscitant tellement d'envies... Goûter au rythme Burkinabè, cool, sans stress pour le retard, pour une grande retardataire à en faire parfois craquer les amis, comme moi... Aussi, le désir de "s'enrichir" d'une expérience que les « anciens », comme les appellent Louise, ceux qui sont déjà partis, décrivent toujours avec des souvenirs forts, bons, drôles ou plus éprouvants, et comme l'impulsion de réflexions qui font grandir... Envie sous-jacente de comprendre mieux les récits de Simon, Théo, Mathieu, Solène, Vicky, Lucie, Anastasia, Alex, d'échanger avec eux au retour...

Comme des démangeaisons brûlantes de fin juillet, du vol en avion tout d'abord, de l'arrivée à Ouaga, de démarrer le projet, de rencontrer les personnes dont nous parlent Alex, Vicky, Solène, de découvrir toujours plus en ouvrant les yeux toujours plus grands... Avec des craintes ressemblant comme deux gouttes d'eau à celles de Louise... Tiens, une camarade d'aventure avec des points communs, le pied ! Aussi, avec l'angoisse du manque des êtres chers pendant six semaines, mais paraît-il qu'elles fileront à une vitesse folle !

Le désir fort de pouvoir apporter au moins un peu, comme lorsque Vicky nous racontait sa joie en fin de journée des sourires des élèves... et d'apprendre bien plus qu'en France, notamment lors de l'Université d'Hivernage, d'échanger un maximum avec les Burkinabè... Fermer les yeux également, et imaginer les paysages du Burkina Faso ainsi que les balades dans la nature, à Tin, aux cascades... Se voir assise le soir au chevet d'un carnet de bord pour retrouver le plaisir d'écrire, peut-être aussi...

Finalement, ne pas savoir exactement à quoi s'attendre, créant une fièvre impatiente attisant la curiosité et encourageant la hâte du départ... L'envie du voyage, de la découverte de l'autre, de vivre une expérience que l'on dit inoubliable, martellant le ventre... Que fin juillet arrive !

Envie de vivre ces moments avec mes camarades d'aventure, enfin... Avec les liens se tissant au fur et à mesure et les rires si particuliers qui habitent notre groupe !!

 

Claire

Commentaires

En parlant des rires du

En parlant des rires du groupes... ça pourrait être dans la listes des peurs, tant je crains qu'ils hantent nos jours et nos nuits !
Louise